Piqures d’insectes et prévention : conseils de saison #2.2

Partager cet article :

 

2e série de cette nouvelle rubrique consacrée aux conseils de saison et orientée sur l’utilisation de l’aromathérapie et de la phytothérapie, mais pas uniquement.

Cet article est la 2e partie de la série consacrée aux piqures et morsures d’animaux.

Nous allons voir ici comment les éviter, naturellement, mais pas uniquement.

 

Comment éviter les piqures d’insectes ?

Après ce tour d’horizon des animaux piqueurs, nous allons voir comment se protéger pour éviter les piqures.

1- Commençons par les moyens physiques :

– portez des vêtements couvrants vous protègera des tiques, de certains moustiques, des araignées dans la plupart des cas. En gros, évitez les shorts si vous allez vous promener dans la forêt ou dans des herbes hautes.

– utilisez des moustiquaires. Il en existe pour presque toutes les utilisations, même pour les repas en plein air ! Vive internet, on y trouve de tout !

Plus couramment, vous pouvez installer des moustiquaires aux fenêtres, au-dessus de votre lit, chez vous ou en vacances (il existe plusieurs systèmes de fixation ainsi que des moustiquaires imprégnées de répulsifs ou non, je vous les laisse découvrir en cliquant sur les images ci-dessous).

 

 

 

 

Pensez aussi aux bébés, pour lesquels les alternatives de protections sont très peu nombreuses. Ajoutez sur votre liste de naissance une moustiquaire pour lit à barreau ainsi qu’une spéciale pour les poussettes. Généralement, elles sont universelles.

– en extérieur, pour les repas en terrasse le soir, par exemple, pensez aussi à installer des ventilateurs si la température le permet. Les moustiques ne sont souvent pas assez courageux pour lutter face au vent 😉 !

 

2- Les produits répulsifs

On en trouve des plus ou moins naturels. Ils sont une alternative intéressante quand vous ne souhaitez pas porter des vêtements complètement couvrants ou ressembler à ça ! Ils sont aussi une alternative obligatoire (enfin, certaines catégories d’entre eux) si vous partez en voyage en zones infestées ou tropicales.

  • Répulsifs pour textiles : on va pouvoir les utiliser pour imprégner des vêtements, des moustiquaires. Il faut savoir que près de 40% des piqures se font à travers les vêtements donc pensez-y !

La molécule principalement utilisée est la perméthrine et l’imprégnation résiste environ 2 mois même en lavant les vêtements.

  • Répulsifs cutanés : on trouve différentes molécules à différentes concentrations. Le choix va dépendre de votre âge, d’une éventuelle grossesse et de la zone géographique visée.

Vous trouverez des informations intéressantes ici,  ou encore . Pour vous résumer :

DEET (synthèse) : reconnue molécule la plus efficace, idéale en zone tropicale, maximum de protection pour une concentration à 50%. En cas de voyage en zone à fort risque, il est possible de l’utiliser chez l’enfant dès 6 mois et chez la femme enceinte ou allaitante. Sur avis médical.

Icaridine (synthèse) : pas avant 30 mois, pour les zones tropicales, en particulier en cas de Paludisme. Alternative au DEET

IR 3535 (synthèse) : à partir de 6 mois, zones tropicales ou infestées.

Citridiol (eucalyptus citron ou PMD – naturel) : molécule issue de l’eucalyptus citriodora. Efficacité validée pour les zones tempérées et tropicales. Déconseillé avant 6 mois et pour les femmes enceintes.

Ces molécules et les produits qui les contiennent sont actifs pendant 6 à 8h contre les moustiques (selon les molécules) et autour de 4 à 5h contre les tiques. Eh oui, pensez-y pour vos balades en forêts, car mon avis est qu’il vaut mieux appliquer un répulsif, même synthétique, plutôt que de devoir avaler des antibiotiques anti maladie de Lyme ou pire, risquer de passer à côté d’un diagnostic et couver cette maladie pendant des années !

 

Répulsifs et crème solaire : les répulsifs ont tendance à diminuer l’action de votre protection solaire. Pensez à appliquer votre crème solaire au moins 20 min avant de pulvériser votre répulsif cutané.

 

  • Diffuseurs électriques : ils sont actifs à l’intérieur et quand les portes et fenêtres sont fermées. Enfin ça c’est ce que dit la notice ! L’été dernier, j’ai testé le diffuseur d’insect écran® dans mon salon, avec la baie vitrée grande ouverte ! Il marche super bien. Il est donné pour 45 nuits ou 15 jours si vous le branchez 24h/24. Mais pas besoin de calculer, vous allez vite vous apercevoir quand il faudra mettre une nouvelle recharge ! Et l’on peut l’utiliser en présence d’enfants dès 12 mois.

 

Il existe un certain nombre de produits qualifiés de répulsifs ou protecteurs contre les piqures de moustiques, mais dont l’efficacité n’est pas prouvée. Vous pouvez expérimenter ces produits et vous faire votre propre opinion, surtout si vous n’êtes pas trop sensible, mais ne les utilisez jamais seuls si vous êtes, ou si vous voyagez, en zones infestées ou tropicales (zones à Paludisme, Dengue, Zika, et autres réjouissance).

Voici quelques exemples :

  • Les huiles essentielles : la citronnelle de Ceylan (Cymbopogon nardus) est réputée active pour repousser les moustiques, de même que le géranium rosat (Pelargonium x asperum) ou encore l’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora).

Les huiles essentielles sont un cas particulier selon moi ; elles ont une efficacité certaine (en tout cas certaines d’entre elles) mais leur action est de courte durée. Pour avoir une efficacité suffisante, il faudra donc appliquer les solutions répulsives environ toutes les heures.

En ce qui me concerne, je me dirige vers des produits de synthèse et pas des HE quand il s’agit d’éloigner les insectes et c’est certainement une des rares fois ou je le fais mais il faut savoir que j’attire les moustiques comme un pare-tonnerre attire la foudre. Autrement dit, si vous m’invitez à manger un soir et que j’ai oublié mon répulsif, soyez tranquille, vous ne risquez pas d’être piqué ! En plus, j’ai tendance à réagir assez fortement aux piqures donc je ne suis pas trop aventureuse dans ce domaine.

Je vous donne néanmoins une formule que vous pourrez utiliser si vous n’êtes pas en zone à risque infectieux.

Pour rappel les huiles essentielles ne sont efficaces qu’1 h, parfois 2. Il n’est pas raisonnable d’appliquer toutes les heures des solutions d’huiles essentielles pendant plusieurs semaines ou mois. Vous pourrez utiliser la formule que je vous propose lors de certaines soirées, par exemple. À raison de 2 ou 3 applications par soirée, vous pourrez l’utiliser plusieurs fois par semaine.

 

Formule aroma : Répulsifs antimoustiques (voie cutanée –> visage et corps)

  • HE Citronelle de Ceylan        2ml
  • HE Géranium rosat                2ml
  • HE Eucalyptus citronné        2ml
  • HV de noisette                         QSP 30ml

Appliquer sur le visage et le corps toutes les heures

 

  • Les bracelets : on en trouve avec du DEET, ou encore des huiles essentielles. Efficace en zones tempérées, mais pas plus. Il est préférable de les porter à la cheville, vous protégez ainsi l’ensemble du corps par diffusion.

 

  • Les serpentins de ce type , vraiment pas terrible et en plus, si vous le laissez au sol, les enfants peuvent se bruler.
  • Les lampes anti-insectes : pas totalement efficaces
  • l’homéopathie : la souche ledum palustre  est réputée pour son action de modification du pH cutané. Notre peau ainsi modifiée serait moins appétissante pour les moustiques. A faire au long cours, c’est à dire pendant tout l’été ou bien pendant la durée de votre voyage en commençant 5 jours avant environ. Choisissez les dilutions 5 CH, 7CH ou 9CH.

 

3- les biocides

J’en parle un tout petit peu…pour vous expliquer pourquoi je n’en parle pas ! Ils ont démontré leur efficacité à l’intérieur, en prévention comme en action flash.

Je ne suis pas la plus grande fan des insectes et petites bêtes en tout genre, j’ai, la plupart de temps, des réactions inappropriées et apparemment plutôt drôles (pour les autres!) à leur approche. Mais, malgré mon aversion, je n’utilise pas de biocide pour au moins 2 raisons :

  1. Ils sont bénéfiques pour l’environnement, chacun à leur mesure, et notamment pour la pollinisation. Ils participent à un équilibre dans notre environnement et les tuer sous prétexte qu’on ne veut pas d’eux chez nous, c’est un peu limite et trop radical à mon goût.
  2. Si ces produits peuvent tuer une araignée ou un frelon en 2 à 3 sec, je préfère ne pas imaginer les dégâts qu’ils peuvent faire chez l’homme (un coup de vent et vous respirez tout ça), mais aussi sur vos animaux de compagnie et sur l’environnement, à long terme. Sans parler des gaz propulseurs qu’ils contiennent.

Je suis donc pour les répulsifs, même synthétiques, quand c’est nécessaire, voire indispensable, et je pense qu’ils sont largement suffisants.

 

Un petit point sur les guêpes et autres abeilles et frelons dont je n’ai pas encore parlé en termes de prévention. Vous trouverez sur Google, sur Pinterest, des idées de pièges à installer près d’une table pour ne pas être ennuyé pendant votre repas (par les guêpes essentiellement). A part ça, d’une manière générale, si vous ne tracassez pas la ruche ou le niz, vous ne serez pas embêté. Surveillez simplement, en mars ou avril, selon la météo, qu’il n’y ait pas de nid de guêpes ou de frelons asiatiques sur vos fenêtres ou à proximité de votre habitation. Si vous en trouvez, faites-vous aider pour les détruire, quand leurs habitants ne sont pas là. Ils iront en construire un plus loin et tout le monde sera content !

 

Pour finir, voici un résumé de mes produits préférés, testés et validés au fil des années. Bien utilisés, ils me permettent d’éviter les piqures désagréables et inesthétiques (si, si, ça compte un peu quand même !)

  • Moustiquaire pour lit, relativement facile à installer, avec une option permanente (crochet à fixer en perçant) ou temporaire (crochet collant), pour une nuit sans produit
  • diffuseur insect écran®, hyper efficace comme je vous le disais plus haut, pour pouvoir profiter d’ouvrir les fenêtres en fin d’après-midi, de temps en temps
  • répulsif insect écran®, pour moi le plus efficace de tous ceux que j’ai eu l’occasion de tester. On peut l’utiliser chez les enfants à partir de 2 ans. Si vous êtes enceinte, réservez-le aux zones à risques de transmissions de maladies et préférez un produit moins fort en zone tempérée. Il est régulièrement classé parmi les produits les plus efficace dans le BEH (bulletin épidémiologique officiel)

 

 


Partager cet article :
  • 7
    Partages

2 thoughts on “Piqures d’insectes et prévention : conseils de saison #2.2”

  1. Merci pour ton avis sur tous ces produits. Je ne suis pas adepte des produits de synthèse même si lors d’un voyage en Nouvelle Zélande j’ai été obligée de m’en servir. Là où je vis en France, c’est raisonnable mais je testerai ta formule Aroma quand l’occasion se présentera. Sinon quand le lieu s’y prête, la moustiquaire est d’une efficacité redoutable.

    1. Alexandra dit :

      Merci pour ton commentaire ! C’est sûr, quand on le peu, la moustiquaire est idéale, à plus forte raison pour les enfants. Je ne suis normalement pas adepte non plus des produits de synthèses mais les répulsifs sont une des exceptions que je fais, je suis trop sensible aux piqures et c’est insupportable autrement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.