Les bienfaits du romarin : la plante et les huiles essentielles

Comment et pourquoi utiliser le romarin ?

Partager cet article :

Bonjour !

Cette semaine, j’ai choisis de vous parler du romarin.

Branches et fleurs de romarin
Branches et fleur de romarin

Ce petit arbre sauvage de la famille des Lamiacées est communément retrouvé dans les garrigues méditerranéennes, sur des terrains arides. Ces feuilles, petites et coriaces, s’enroulent sur les bords pour se protéger de la sècheresse. Ces fleurs, bleu pâle ou lilas clair, sont très riches en pollen et donc très mellifères.

Quelles sont les propriétés du romarin ?

Le romarin est une plante médicinale (plantes généralement sauvages et peu sélectionnées, et connues pour un usage traditionnel médical).
Il est aussi couramment employé dans la cuisine méditerranéenne comme plante aromatique mais aussi pour ses intéressantes vertus digestives.

La cueillette des rameaux fleuris se fait le plus souvent printemps et les branches de romarin peuvent être utilisées fraiches ou après avoir été séchées.

Petit conseil : L’idéal, pour ne pas avoir de mauvaise surprise (comme des moisissures !) est de laisser sécher les branches dans un endroit sec et sur les feuilles de papier journal, en moyenne 2 à 3 semaine – cette période dépend aussi de la météo et de l’humidité ambiante, en ce qui me concerne je le fais au jugé ☹ – . Vous pouvez ensuite effeuiller les branches car

  1. c’est plus facile à ranger dans un bocal et
  2. les molécules aromatiques sont situées dans les feuilles et les fleurs.

Les propriétés médicinales du romarin :

Le romarin compte plus de 150 variétés !

On l’utilise de plusieurs manières différentes :

1. Plante entière – parties aérienne

Infusion de romarin

Réalisée à base de plantes fraiches ou sèches, que vous pouvez trouver en sachet en pharmacie, en herboristerie ou bien sûr en provenance directe de votre jardin ou balcon ☺ (voir technique de séchage plus haut).
On recherche alors des vertus digestives

Gélules ou stick de romarin

Ces formes sont préconisées pour les troubles hépatiques et digestifs en général, mais aussi dans les affections broncho-pulmonaires. On peut retrouver le romarin associé à d’autres plantes afin d’obtenir une synergie d’action dans la sphère voulu.

Par exemple, en cas de troubles digestifs, les sticks Digestion de chez NATURACTIVE (voir au bas de l’article) sont préconisés pour les digestions lentes. Il contribue au bon fonctionnement hépatique et aide à l’élimination rénale.
(En raison de la présence d’extrait de sauge sclarée, ce produit en déconseillée chez la femme enceinte.)

Vous pourrez trouver ces produits en pharmacie, herboristerie, magasins bio ; j’aurais bien entendu une préférence pour l’approvisionnement en pharmacie afin d’être sûr de la qualité des produits et de leur origine (nous ne sommes pas tous formé à la phytothérapie – loin de là – mais nous sommes au moins formé sur l’importance du choix de produits de qualité selon certains critères) et pour bénéficier de conseils médicaux. Mais vous pouvez trouver des herboristeries sérieuses – l’idéal étant une pharmacie-herboristerie. Bref, vous avez saisi le propos 😉 !

2. Extrait de plante – huile essentielle

Il existe plusieurs huiles essentielles (HE) de romarin, obtenues à partir des différentes variétés de plants.

Huile essentielle de romarin
Huile essentielle de romarin
  • HE de Rosmarinus Officinalis L. vérbénoniférum obtenue à partir de romarin Corse
  • HE de Rosmarinus Officinalis L. cinéoliferum, obtenue à partir de romarin du Maroc
  • HE de Rosmarinus officinalis L. camphoriférum obtenue à partir de plants de romarin originaire de Provence

On retrouve des propriétés communes à toutes les variétés, et des propriétés plus spécifiques à chacune d’elles, selon leurs compositions respectives

Propriétés communes à toutes les huiles essentielles de romarin

Elles ont toutes une action

  •  de protection hépatique
  • cholérétiques et cholagogues, ce qui signifie qu’elles facilitent la sécrétion et l’excrétion de bile par la vésicule biliaire vers l’intestin. La bile permet quant à elle la digestion des graisses.
  • anti-inflammatoire
  • anti-oxydante (l’acide rosmarinique).

L’acide rosmarinique est d’ailleurs un meilleur anti-oxydant que ne le sont les anti-oxydants de synthèse. Il est utilisé dans l’industrie agro-alimentaire pour conserver les produits (ainsi que dans certains compléments alimentaires).
(Les extraits de romarins utilisés comme conservateurs relèvent alors de la directive « additifs » et doivent vers l’objet d’études de toxicologie.)

Propriétés spécifiques à chaque variété

L’huile essentielle de Rosmarinus Officinalis L. vérbénoniférum est particulièrement riche en acétate de bornyle et verbénone (15 à 37% selon les récoltes).

Ces principes actifs lui confèrent des

  • propriétés mucolytiques importante (aide à l’excrétion des mucosités),
  • anti-infectieuse (virucide) et
  • antispasmodique

Elle est donc indiquée en cas de sinusite, bronchite, insuffisance hépato-biliaire, entérocolite virale

L’huile essentielle de Rosmarinus Officinalis L. cinéoliferum est majoritairement riche en 1,8 cinéole, ce qui lui confère des propriétés intéressante au niveau de la sphère pulmonaire. Elle est :

  • Expectorante
  • Anti-infectieuse : bactéricide (staphylocoques, streptocoques) et fongicide (Candida albicans)

Ces indications sont donc principalement les bronchites (mais aussi otites et sinusites)

L’huile essentielle de Rosmarinus officinalis L. camphoriférum est, quant à elle, riche en camphre (30% et en 1,8 cinéole (30%). Le camphre lui confère une action intéressante au niveau neuromusculaire.

Elle est donc particulièrement indiquée en cas de :

  • contracture musculaire avec douleurs et crampes (préférez la voie cutanée).

Mais elle a aussi une action sur la contraction du muscle cardiaque et elle peut être hypotensive à faible dose et hypertensive à forte dose.

Posologie et modes d’utilisations

La posologie usuelle pour une HE utilisée pure est de 2 gouttes 3 fois/jour.

Cette posologie est à adapter en fonction du nombre d’HE consommées pures dans une même journée (2 HE = 1goute de chaque 3fois/j).

Sauf exception, je ne suis pas une adepte de l’usage des huiles essentielles pures et/ou unitaire. On obtient de biens meilleurs résultats par une synergie d’action de plusieurs HE.

L’HE de romarin à camphre s’utilise uniquement par voie locale, en massage, mélangée à un lait corporel ou, mieux encore, à de l’extrait lipidique d’arnica.

Les HE de romarin à verbénone et à cinéole peuvent être utilisées par voie orale (sur un sucre, dans une cuillère de miel, sur un comprimé neutre) ou par inhalation ou diffusion.

Effets indésirables et contre indications

Le camphre est neurotoxique et peut provoquer des convulsions épileptiques.
Les contres indications vont surtout concerner les huiles essentielles et notamment celles de romarin à camphre et à verbénone, les plus riches en camphre. Leur usage est donc en proscrire

  • Chez les enfants (au minimum avant 7ans, de 7 à 15 ans avec précaution et selon avis médical),
  • Chez les femmes enceintes
  • Chez les personnes atteintes de troubles neurologiques

Et la cuisine dans tout ça

Parce que ça serait dommage de ne pas en parler, le romarin peut être utilisé de différentes façons et sans aucune contre indication !

Recettes avec du romarin
Bouquet de romarin

Il entre dans la composition du mélange d’herbes de Provence (romarin (26%), origan (26%), sarriette (26%), thym (19%), basilic (3%))

Les branches entières ou les feuilles seules peuvent être utilisées pour la cuisson à la vapeur de poisson par exemple.

Les branches peuvent aussi être utilisé en remplacement de pic à brochette.

Je posterais prochainement des recettes une fois que je les aurais testées ☺

En attendant, partagez vos impressions et vos recettes dans les commentaires !

Et pour ne pas manquer les prochains articles, inscrivez-vous en cliquant sous les commentaires.

Sources
Sauvages et Médicinales, Plantes remèdes pour nos petits maux, M.C. Paume, Edisud

Traité d’aromathérapie scientifique et médicale, Michel Faucon

Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales – Jean Bruneton, Ed.Lavoisier, 4e édition

L’aromathérapie exactement, Pierre Franchomme, Roger Jollois, Daniel Pénoël


Partager cet article :
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.