Matériaux durables : Biomaterials Workshop at Fab@CIC

Matériaux durables : Biomaterials Workshop at Fab@CIC

Partager cet article :

Aujourd’hui, je vous propose un sujet qui sort un peu du cadre habituel des articles de ce blog, mais qui touche néanmoins à la notion de vie saine dans une dimension plus globale.

Dans ma démarche de recherche d’une vie plus saine, il y a, vous le savez si vous me suivez, la partie Soigner Naturellement et Manger plus Sainement, ce dont je parle régulièrement au travers de ce blog.

Mais la notion de vie saine est plus large que cela, c’est aussi un mode de vie complet. Et même si, pour moi, la porte d’entrée a été la santé (déformation professionnelle oblige 😉) aujourd’hui, c’est une démarche, voire même une attitude, qui me pousse à m’intéresser à d’autres choses, à penser différemment, de manière plus durable, dans ma vie en général et dans ma façon de consommer.

Consommation et déchets

Alors pourquoi cet article aujourd’hui ?

Je souhaitais partager avec vous un événement auquel j’ai assisté le week-end dernier : un workshop sur les biomatériaux, au Fab@CIC, le Fab Lab de Boston.

Sans trop savoir dans quoi je m’engageais, j’ai décidé de m’y inscrire par curiosité. Sans pousser la réflexion trop loin à ce moment-là, l’idée de fabriquer et manipuler des biomatériaux réalisés à partir de déchets du quotidien (peaux d’orange, marc de café..) m’a semblée intéressante.

En réalité, c’était effectivement très intéressant et même assez fun, façon travaux de scientifiques en herbe 😊. J’y ai, en prime, appris des choses intéressantes : le fonctionnement des Fab Labs et leur intérêt notamment, mais aussi le fait que l’utilisation des biomatériaux est déjà bien répandue .

Je vous explique tout ça de suite !

Fab Labs : le concept

Connaissez-vous le principe des Fab Labs ?

Très simplement, un Fab Lab est un espace collaboratif offrant un accès public à des moyens modernes d’inventions (imprimantes 3D, lasers de découpe…) ainsi qu’un réseau d’échange d’idées, de techniques et projets innovants.

Le principe est soutenu aujourd’hui par la Fab Foundation et trouve son origine dans un projet du MIT (Massachusetts Institute of Technologies).

Il permet un échange de données à travers le monde, sous forme de fichiers informatiques, permettant ainsi de limiter les transports de matériels, aériens notamment, tout en facilitant les collaborations et découvertes, scientifiques ou non, à travers le monde.

Pour mieux comprendre le fonctionnement et l’intérêt des Fab Lab, visiter cette page, qui présente le Taska, sac à dos nordique.

Les biomatériaux : pourquoi et pour quoi faire ?

Biomatérials Workshop at Fab@CIC

L’objet du workshop auquel j’ai assisté est de tester des recettes utilisant des matières 1ère organiques – des déchets, en réalité – afin de mettre au point des biomatériaux qui pourront ensuite être utilisés pour fabriquer des objets.

Dans un 1er temps, l’idée est ici de créer des objets à usage unique, si possible design.

Quel intérêt, me direz-vous ?

Plusieurs en réalité.

1- Trouver des alternatives à l’utilisation massive du plastique

Nous utilisons déjà des produits à usage unique, le plus souvent en plastique ou acrylique, que nous nous empressons de jeter, générant ainsi des tonnes et des tonnes de déchets chaque année. Vous connaissez peut-être l’existence du 7e continent … Selon un article des Echos datant de septembre 2018, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons d’ici à 2050 !

Ici, non seulement on utilise comme matière 1ère des produits destinés à la poubelle, mais en plus, on crée des objets entièrement recyclables.

Ceci a été résumé de la manière suivante lors de la présentation du workshop : «we are upcycling instead of recycling »

En réalité, c’est même plutôt « upcycling » before « recycling ».

Cela revient donc à donner une 2de vie à des déchets organiques avant de finir par s’en débarrasser complètement, en les recyclant.

2 – Trouver des façons de protéger (vraiment) notre environnement.

Pour que ce projet soit viable, les déchets en question doivent être des produits locaux. Abattre des arbres en Amazonie pour fabriquer du papier, on connaît déjà et ça a ses limites !

D’autre part, cela signifie aussi que les recettes ou protocoles de fabrication doivent s’adapter à différents types de matériaux ; par exemple, les ressources naturelles utilisables en Californie seront proches que celles que l’ont peut retrouver au nord de l’Afrique, de même que celles retrouvées sur la côte est américaine seront plus proches des ressources naturelles disponibles en Asie ou encore en Europe de nord.

Pour les besoins du workshop en question, nous avons utilisé 3 types de déchets différents :

            – du marc de café provenant des machines à café du lieu hébergeant le Fab Lab,

            – des peaux d’orange de la même origine,

            – des coquilles de moules provenant d’un restaurant du coin.

3 – Changer notre manière de penser et consommer différemment

L’idée 1ère est de créer des objets design afin de promouvoir le concept et de montrer que l’on peut faire de l’art, de la haute couture même, en utilisant des produits de tous les jours, présents dans nos placards et dans nos poubelles.

Voici quelques exemples de ce qui se fait déjà :

sac en « cuir » de fruit

Vêtements en « cuir » de Kombacha  (vidéo dans le lien)

biomaterials workshop : "cuir" de kombucha

– autres recettes et propositions de biomatériaux utilisables pour créer des objets du quotidien

Et dans un style un peu moins « home made » :

Chaussures Adidas utilisant une biofibre inspirée de la toile d’araignée

Adidas spider silk

– Bee’s wrap : emballage durable

Un peu avant Noël, j’ai découvert sur Amazon un emballage à base de cire d’abeille et de coton, alternative du film plastique alimentaire.

Cet emballage, sous forme de feuilles de différentes tailles, se lave et est réutilisable à priori pendant 1 an. (“A priori” car c’est ce que dit l’emballage mais je n’ai les miens que depuis 1 mois, donc affaire à suivre…)

Il permet d’envelopper du pain, du fromage, des fruits ou légumes entamés, un goûter ou encore de recouvrir un plat.

Bee’s Wrap, emballage durable à base de cire d’abeilles

À terme, le but est donc bien la recherche d’alternatives naturelles et moins polluantes, moins couteuses en énergies lors de leur fabrication aussi, et biodégradables.

Déroulement de l’atelier Biomaterials Workshop at Fab@CIC :

Après une présentation du projet et de ce qui se fait déjà (décrits plus haut), nous attaquons les manipulations à proprement parler, façon travaux scientifiques au collège. Plutôt fun, avec des gens de tous les horizons (enfin une majorité de scientifiques☺️, soyons réalistes), de tous les âges.

Le groupe dans lequel j’étais devait transformer des coquilles de moules fournies par un restaurant du coin en une pâte qui ressemblerait à du ciment.

On suit une recette déjà testée par un groupe différent dans un autre Fab Lab et on cherche des variantes pour l’optimiser.

La difficulté revient à trouver la bonne « recette » pour suffisamment de solidité, une bonne tenue, un séchage assez rapide. D’autre part, on cherche à réaliser plusieurs textures et consistances de pâte, qui pourront servir à faire différents types d’objets.

Pour vous donner un exemple, pour une assiette jetable réalisée avec ce type de biomatériaux on ne cherche pas le même aspect que pour un bougeoir, qui lui, peut être plus poreux…

Les étapes de réalisation :

Nous avons concassé les coquilles puis elles sont passées au travers de 2 tamis de granulations différentes. On a ainsi obtenu ainsi 3 produits de granulation différente : l’un concassé très grossièrement, le second plus fin et le 3e sous forme de poudre.

Ces 3 types de coquillages (ou seulement un certain type, au choix) vont ensuite être mélangés avec de l’eau et de l’alginate de sodium (un additif alimentaire proche de la gélatine) jusqu’à obtenir une pâte de l’aspect rechercher.

On moule ensuite une forme pour obtenir l’objet souhaité.

On laisse sécher pour que la pâte durcisse.

L’objet est prêt à être utilisé (si vous avez trouvé la bonne recette 😉 !


Chacun est libre de réaliser ses propres recettes chez lui et de soumettre celles qui fonctionnent.

Vous pouvez aussi vous rapprocher du Fab Lab le plus proche de chez vous si souhaitez contribuer de manière plus approfondit à ce projet.

Et vous, quels sont vos gestes quotidiens pour limiter le gaspillage ? Partager vos commentaires et vos propositions !


Partager cet article :
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez gratuitement "Débuter l'aromathérapie : 7 notions essentielles"

%d blogueurs aiment cette page :