Vie saine

C’est quoi “une vie plus saine” ?

Partager cet article :

Parce que ce blog n’est pas uniquement destiné à ne parle que de plantes et d’aromathérapie, j’ai eu envie d’écrire aujourd’hui sur un sujet plus vaste, à savoir : C’est quoi exactement « une vie plus saine », selon moi ?

Et effectivement, le sujet s’est révélé assez vaste ! J’ai donc préféré découper cet article en 2 parties, histoire de ne pas vous perdre en chemin 😉 !

 

1ère Partie – Une alimentation plus saine

 

Revenons environ 3 ans en arrière, je suis alors enceinte de mon fils. C’est à partir de ce moment que j’ai vraiment pris conscience de l’importance de mener une vie plus saine ; et c’était sans doute le meilleur moment me direz-vous !

L’alimentation est un pilier indispensable au bien-être, et en ce qui me concerne, ce fut ma 1ère variable d’ajustement.

Pendant une grossesse, un certain nombre de restrictions alimentaires vous “oblige”, si on peut dire, à mener une vie plus saine. Et finalement, malgré mon aversion pour les restrictions, je dois dire que j’y ai trouvé un certain confort. Sans alcool, ni tabac, plus de problèmes d’acidité d’estomac ! (Bon, en réalité, un petit peu en fin de grossesse, c’est mécanique et quasi obligatoire quand un bébé de 4 kilos + plusieurs litres de placenta appuis sur votre estomac, mais vraiment, c’était pas grand chose donc pas besoin de médication très lourde pour résoudre le problème.)

Mais mon confort n’est pas la seule raison de mon intérêt pour un mode de vie plus sain, loin de là.

Mon bébé en devenir a été la meilleure des motivations et c’est pour lui surtout, que j’ai commencé à regarder de plus prêt ce que je mettais dans nos assiettes (oui, j’essaie aussi d’en faire profiter mon mari, parfois contre son grès 🙂)

Je ne suis pas pour autant devenue une bio addict car nourriture saine et biologique ne sont pas forcément synonymes mais j’ai eu des prises de conscience, et je dois dire que plus j’évolue dans ce sens, plus le tri alimentaire se fait naturellement.

Ma 1ère prise de conscience – et la plus grosse – concernait la nourriture.

J’aime manger et cuisiner, mais, comme pour beaucoup d’entre nous, une activité professionnelle prenante, ou juste un coup de flemme, peut facilement nous pousser à avoir recourt à des plats industriels tout prêts.

Alors que je réfléchissais à la signification de la notion “manger plus sainement”, je suis tombée sur 2 livres super intéressants et très bien faits dans la série « Le bon choix ». Et j’ai eu ma 1ère révélation !

Bon, je n’ai jamais fait de grands festins avec des plats industriels ; je vous l’ai dit, j’aime bien manger (qualitativement parlant) et dans ma famille, tout le monde cuisine pour le plaisir donc j’ai été à bonne école et c’est une chance.

Mais en lisant ces 2 livres, j’ai vraiment supprimé, littéralement, un bon nombre de produits de mon placard (on les a quand même terminés, je n’aime pas le gaspillage !)

J’ai commencé à lire « Le bon choix au supermarché ».

Les auteurs sont un collectif de journalistes scientifiques et diététiciens du site www.lanutrition.fr.

Ils nous donnent, dans la 1ère partie, des notions de bases sur les nutriments essentiels à une bonne nutrition et leur définition (glucides, protéines, lipides) puis ils listent les additifs les plus courants et leur rôle (agents de texture, colorants, épaississants,…).

On trouve ensuite un classement par thème, non exhaustif, des produits ou marques les plus connus, vendus en supermarché.

Le bon choix supermarché - Chroniques d'une vie plus saine
Extrait de “Le bon choix au supermarché”

Pour chaque catégorie, les auteurs fournissent une analyse qualitative et quantitative de la composition de 6 produits et énoncent les points négatifs. Sur la page d’à coté, ils présentent des alternatives plus “saines” pour la santé.

Le bon choix supermarché - Chroniques d'une vie plus saine
Extrait de “Le bon choix au supermarché”

Dans la même collection, j’ai lu en suivant « Le bon choix pour vos enfants », qui tri lui aussi des produits de supermarché mais uniquement destinés aux bébés et aux enfants.

Histoire d’être objective, je vous dirais que j’ai trouvé limitant que seul les produits de supermarchés soient triés mais c’est le thème de cette série de livres donc pas d’entourloupe à ce sujet.

En tout cas, pour moi, ça a vraiment été une révélation.

Je n’avais pas vraiment prêté attention, avant ça, aux additifs, à leur rôle, et surtout à leur impact potentiel sur notre santé. J’ai appris, au cours de mes études, que toutes les calories ne se valent pas, mais nous n’avions pas abordé la notion de calories vides (qui n’apportent rien de profitable à notre organisme).

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut tout prendre au pied de la lettre ; j’insiste sur le fait que la liste des produits n’est pas exhaustive et ne concerne que des produits de supermarché. Mais ce que ces livres m’ont apporté, c’est la capacité à lire et « traduire » l’étiquette de n’importe quel produit.

Je trouve cette notion indispensable pour commencer à manger sainement car elle permet d’acquérir de l’autonomie dans le choix des produits que l’on consomme mais surtout, elle permet de prendre du recul sur ce qu’on peut entendre ou lire à droite et à gauche, sur internet ou ailleurs.

Je vais prendre pour exemple les produits bio, très en vogue, et je commencerais par demander une chose à tous les adeptes des produits bio :

S’il vous plait, A.R.R.E.T.E.Z de croire qu’un produit est sain sous prétexte qu’il y a un label bio sur l’étiquette ! Ce label signifie effectivement que vous allez trouver des éléments biologiques (exempts de pesticides) dans votre produit, mais cela ne signifie pas que le produit en question soit naturel ni intégralement bio. (Attention : tous les labels ne se valent pas, ils n’ont pas tous les mêmes critères d’attribution).

Je me souviens d’être tombée, il y a quelque temps, sur une crème glacée aux fruits (j’ai oublié le parfum, désolée 🙁 ) non seulement bio, mais artisanale en plus !!! Miam, génial !!

En réalité, les fruits étaient certes bio, mais la composition n’avait rien de celle d’une glace faite maison et la moitié des ingrédients présents étaient des ingrédients transformés (épaississants, conservateurs, sucres raffinés).

Je ne ferais pas de généralité, j’ai horreur de ça. Clairement, tous les produits et toutes les marques ne se valent pas d’où l’importante de savoir déchiffrer les étiquettes. Je ne vous apprendrais rien en vous disant que certains industriels peu scrupuleux font du marketing autour d’un label bio alors même que les ingrédients bio ne représentent souvent même pas 50% du produit fini.

En conclusion : N’achetez rien les yeux fermés !!

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut se méfier de tout, je n’aime pas les extrêmes. Simplement, formez-vous, renseignez-vous et devenez un consommateur averti, c’est de cette manière que vous commencerez à devenir acteur de votre bien-être et de votre santé.

En tout cas, pour ma part, c’est comme ça que j’ai commencé.

Faites du tri !

Petit à petit, j’ai donc supprimé de mes placards le sucre blanc, la farine blanche, les céréales de marques classiques au profit de :

Sucre complet, de canne, non raffiné ou mieux encore, le miel ou le sirop d’agave, dont le pouvoir sucrant (goût sucré) est très élevé pour un index glycémique (capacité à déclencher la libération d’insuline) très bas.

Farine de blé complet mais aussi de sarrasin, de maïs, de seigle, histoire de varier les plaisirs 😉

Flocons d’avoines, porridge ou muesli (pour le coup, j’aime bien la marque Bjorg, pas tant pour le coté bio que pour les compositions sans additifs).

Plus de surimi ni de Knacki non plus. Plutôt des sardines, du thon ou des maquereaux en boites par exemple, riche en oméga 3 et autres calories utiles.

Finies aussi les pâtes à tartes industrielles. Il n’y a que la pâte feuilleté qui me rebute un peu et que donc, je n’utilise pas (aller disons : sauf exception, 1 fois/ an, pour mes petits fours de Noël).

Encore une fois, tout ceci est assez progressif. J’essaie de nouveau produits, de nouvelles recettes et au fur et à mesure, je fais des ajustement. Et ne serait-ce qu’en terme de goût, on gagne vraiment au change !

Et le sujet est vraiment d’actualité puisque je suis tombée, cette semaine, sur un article du Figaro Santé (“Cancer : la nourriture industrielle à risque“) qui aborde le sujet de la transformation industrielle des aliments et de son impact à long terme sur le santé.

Et mon bébé dans tous ça ?

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que mon fils n’a pas mangé énormément de plats en petits pots ! Equipée de mon Babycook, j’ai réalisé l’essentiel des purées, plats et compotes que je lui ai donné et franchement, c’est super simple quand on dispose du bon matériel (et j’ai beauuucoup de matériel ;-)).

Pour autant, je ne suis pas infaillible. Mais j’ai été assez stricte dans mes choix quand j’ai dû acheter des plats tout prêts.

Ma marque préférée dans ce domaine est  Good Goût. Bon c’est pas vraiment la moins chère mais on ne peut pas tout avoir et, comme je le disais plus haut, il a surtout mangé mes créations, plus économiques !

Il s’agit d’une marque bio mais qui utilise surtout très peu d’ingrédients dans ses recettes, et surtout, aucun ingrédient transformé. En résumé, c’est une purée comme à la maison. Et je peux vous assurer, pour les avoir presque toutes goûtées, c’est vraiment réussi ! A ma connaissance, ils sont les seuls à être aussi respectueux en terme de qualité et de goût.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quels sont vos ingrédients fétiches, vos marques préférées et vos astuces pour avoir une vie plus saine ? N’hésitez pas à partager vos commentaires en dessous de l’article et à très vite pour la 2ème partie de cet article 🙂 !

 

 


Partager cet article :
  • 10
    Partages

1 thought on “C’est quoi “une vie plus saine” ?”

  1. Manger sain Habiter sain même combat!
    Bravo Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.