Stress vie saine

Stress et vie saine

Partager cet article :

Cet article est le 2ème de la série “C’est quoi “une vie plus saine “?”

Il aborde un point essentiel dans la poursuite d’une vie plus saine : Le stress et ses conséquences sur notre santé

On ne va pas se mentir, je suis plutôt d’une nature à stresser facilement. Et en occupant mon poste précédent, j’ai atteint des niveaux de stress qui sont devenus perturbant dans mon quotidien, notamment au niveau de mon moral et donc de mon humeur. Résultat : une ambiance à la maison pas idéale non plus, ce qui n’aidait pas à améliorer la situation. Et oui, je suis sympa, je partage ma mauvaise humeur à la maison, ça serait dommage de tout garder pour moi 😉 (Un point de plus à travailler !)

Ce fut ma 2ème prise de conscience.

Mais pour commencer : qu’est-ce qui nous stresse ?

Selon le Centre d’Etude sur le Stress Humain (CESH), on peut définir 2 types d’agents stressants :

  • Les stressants absolus : les climats arides, les attentats. Ils s’agit d’éléments universellement perturbants
  • Les stressants relatifs : arriver en retard à une réunion professionnelle, ne pas trouver de nounou pour ses enfants, rester bloqué dans les embouteillages. Nous n’avons pas tous la même relation au stress et ces éléments là ne nous atteignent pas tous de la même manière ni avec le même impact.

Le travail au quotidien est donc, sauf cas particulier, un stressant relatif.

Mais ces stressants, tous relatifs qu’ils soient, n’en sont pas moins délétères s’ils surviennent quotidiennement car comme on va le voir juste après, notre corps ne fait pas la différence entre les différentes formes de stress.

La physiologie du stressStress et vie saine

Le stress est avant tout une réaction physiologique, ancestralement nécessaire à la survie de l’Homme. Face à un évènement stressant (attaque d’un tigre aux dents de sabre, par exemple :-)), notre corps réagit et met en place plusieurs processus physiologiques destinés à nous permettre soit de fuir, soit de combattre.

L’adrénaline est la 1ère hormone de stress à être sécrétée.

C’est l’hormone guerrière qui permet de mobiliser toute notre énergie au combat ou à la fuite. Elle agit de manière instantanée et est responsable des manifestations perceptible du stress (palpitations, mains moites,..)

Le cortisol est sécrété quelques minutes plus tard et permet de renforcer l’action de l’adrénaline.

  • Il déclenche des processus pour assurer au corps une énergie plus importante et mobiliser les organes du combat ou de la fuite (muscle, système respiratoire et cardiaque,..).
  • Il mobilise les réserves de graisses pour réaliser la néoglucogénèse et produire du sucre, 1ère source d’énergie de l’organisme.
  • Il rend les cellules plus sensibles à l’insuline afin de pouvoir stocker le glucose circulant et reconstituer les réserves.
  • Il inhibe une partie du système immunitaire (système non prioritaire en cas de danger)
  • Il régule le rythme circadien et la synthèse de mélatonine, hormone nécessaire à l’endormissement.

Le cortisol présente donc des effets bien plus important que l’adrénaline mais ces effets nous sont imperceptibles.

D’ou vient le cortisol ?

Le cortisol joue un rôle indispensable dans l’équilibre énergétique du corps.

Mais revenons un instant sur sa synthèse avec un schéma :

Synthèse de cortisol et stress

 

Figure 1 : Synthèse du cortisol et rétro-contrôle

Le cortisol est synthétisé tous les jours suivant un cycle nycthéméral, c’est-à-dire en suivant l’alternance jour/nuit. On observe en effet un pic de cortisol le matin (7-8h), qui nous permet de nous réveiller et d’avoir de l’énergie le matin. Puis sa synthèse décroit en journée pour ré-augmenter dans le courant de la nuit jusqu’au pic du matin.

Cette synthèse est généralement indépendante de notre rythme veille/sommeil.

Mais, on l’a vu plus haut, le stress peut aussi provoquer une synthèse de cortisol en dehors du rythme de synthèse classique. Et cette sécrétion est régulée par un rétrocontrôle négatif.

Quand la quantité de cortisol atteint une certaine quantité, l’hypophyse et l’hypothalamus reçoivent un message pour stopper la production à la source.

 

Stress vie saine

Quand le stress devient pathologique

Le stress subit dans notre société n’est pas un stress absolu, nous ne sommes

que très rarement en danger de mort dans notre quotidien. Mais notre corps ne fait pas la différence entre les stressants relatifs et absolus et réagit de la même manière dans les 2 cas.

 

En situation de tension permanence, l’adrénaline et le cortisol sont sécrétés en permanence et les conséquences sur le long terme sont excessivement délétères pour l’organisme.

Il suffit, pour comprendre les conséquences de ces synthèses répétées, de reprendre toutes les implications du cortisol vu précédemment, et on obtient :

  • un rythme cardiaque + élevé,
  • une pression artérielle + importante,
  • un taux de sucre circulant dans le sang + élevé,
  • un stockage massif de sucre et de gras pour maintenir un réservoir énergétique permanent.

Toutes ces actions vont avoir pour conséquences évidentes, à plus ou moins long terme selon les individus, des problèmes cardiaques, le développement de diabète par insulino-résistance (type II), augmentation de la graisse abdominale, … bref, tous les signe d’un magnifique syndrome métabolique. Et tout ça sans même l’intervention de la nourriture ! En sachant que ces périodes de stress ne sont pas celles où vous allez manger le plus équilibré !

Pour aller plus loin dans les conséquences un peu moins évidentes, voici la théorie de Hans Selye, fondateur et le directeur de l’Institut de médecine et chirurgie expérimentale de l’Université de Montréal et un pionnier des études sur le stress.

Il présente le Syndrome Général d’Adaptation comme suit :

  1. Réaction d’alarme : Tous les phénomènes que nous venons de décrire ci-dessus
  2. Résistance : Quand le stress dure, notre organisme s’adapte et mobilise ses ressources au profit de la gestion de la crise, délaissant d’autres fonctions pour, à terme, des effets délétères
  3. L’épuisement : Si l’exposition au stress se prolonge, la résistance s’épuise. Les systèmes immunitaire et cardiovasculaires notamment, s’affaiblissent et l’on se retrouve fréquemment atteint de pathologies plus ou moins graves.

Conséquences d’un stress chronique

L’étape ultime est un phénomène de plus en plus courant, diagnostiqué et décrit : le burn-out.

Souvenez-vous du rétrocontrôle de la synthèse du cortisol (Figure 1). Quand la quantité de cortisol circulant atteint un certain seuil, cela déclenche un arrêt de sa production.

Dans le cadre d’un stress chronique, la quantité de cortisol étant en permanence élevée, le rétrocontrôle exercé fini par provoquer une diminution trop importante de la quantité de cortisol sécrétée. Ce phénomène se traduit par de l’anxiété, un épuisement puis un burn-out.

(Notez aussi que la synthèse de mélatonine (hormone qui déclenche l’endormissement) est dépendante de celle du cortisol. Quand la sécrétion de cortisol devient anarchique ou qu’elle diminue trop fortement, celle de mélatonine n’est plus assez efficace pour nous permettre de passer des nuits reposantes.)

Comment éviter le stress ?stress relax vie saine

La réponse : on ne peut pas ! Comme on l’a vu au début, il s’agit d’une réponse physiologique de l’organisme à un événement jugé dangereux pour son intégrité.

Ce que l’on peut faire, en revanche, c’est apprendre à reconnaître les symptômes flagrants (ceux liés à la production d’adrénaline) et essayer de les réguler.

Pour ça, il existe plusieurs méthodes, il revient à chacun de trouver la sienne.

Certains auront besoin de prendre l’air, de faire du sport et se dépenser, d’autres prendront un livre ou écouteront de la musique.

Le yoga, la méditation ou encore la sophrologie sont des méthodes qui ont fait leurs preuves.

Par contre, s’il vous plait, si votre 1er réflexe est de manger, de fumer une cigarette ou d’aller boire un verre, résistez ! Cela ne ferra qu’aggraver les pathologies décrites plus haut.

Et si votre stress devient chronique, le mieux est encore d’essayer d’analyser la (ou les) cause(s) et de la (les) supprimer !

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour diminuer votre stress ? N’hésitez à les partager dans les commentaires si dessous !

A très bientôt sur la route d’une vie plus saine


Partager cet article :
  • 7
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.