Comment nettoyer votre foie après les fêtes ?

Comment nettoyer votre foie après les fêtes ?

Partager cet article :

Cette semaine je n’ai pas réussi à arrêter mon choix sur une seule plante. Je vais donc vous présenter succinctement 5 plantes intéressantes en cette saison de fêtes de fin d’année et de repas très (trop?) riches !

Mais tout d’abord, nous allons parler du foie.

Qu’est-ce que le foie ?

Cet organe émonctoire pilier est le siège de nombreux processus de synthèse endocrine (néoglucogénèse, acides nucléiques, protéines et facteurs de coagulation) et exocrine (acides biliaires, cholestérol,…).

Il a aussi une fonction primordiale au niveau du métabolisme en général, il intervient dans la détoxification des xénobiotiques, dans le métabolisme des hormones, de l’insuline…

Il contribue très largement à la dégradation des toxines (médicaments, polluants,..) et à la transformation du cholestérol en acides biliaires. Son bon fonctionnement est donc essentiel au bon fonctionnement du reste de l’organisme.

Notons aussi sa place dans le stockage de nombreuses vitamines et minéraux tels que le fer, les vitamines A, B9, B12, D, K, E.

Pour conclure sur les multiples fonctions du foie, il faut savoir qu’il est le 1er organe de l’immunité naturelle, peu puissante mais la plus rapide à se mettre en place en cas d’attaque.

Bref, j’espère vous avoir convaincu de l’importante de cet organe et des conséquences possibles en cas d’engorgement ou de mauvais fonctionnement.

D’où vient la surcharge hépatique ?

Foie fatigué

On l’a vu plus haut, le foie intervient dans de nombreux mécanismes de détoxification (la grande majorité, en fait !).

Des prises de médicaments répétées (la pilule, par exemple), des repas riches (notamment très gras, mais aussi sucrés) ou encore une prise d’alcool un peu importante (le tout, variable en quantité selon les individus et la quantité de sources de surcharges), tendent à le fatiguer, l’engorger.

Il fonctionne donc au ralenti et on peut alors ressentir certains des symptômes suivants :

  • Fatigue générale,
  • migraine,
  • nausées voire vomissements (le combo de la fameuse « crise de foie » ou « gueule de bois » 😉 ),
  • parfois des douleurs digestives,
  • une mauvaise haleine,
  • acné ou autres problèmes de peau…

Bref, toutes ou parties de ses fonctions peuvent être défaillantes et les conséquences vont potentiellement être visibles au niveau de tous les systèmes du corps humain.

Comment nettoyer son foie naturellement ?

De très nombreuses plantes peuvent intervenir dans le nettoyage et la protection des cellules hépatiques, certaines sous forme de plantes entières, d’autres sous forme d’extrait de plantes (les huiles essentielles notamment). Je dresse ici une toute petite liste des plantes les plus réputées pour cet usage, d’autres plantes plus spécifiques pourront faire l’objet de prochains articles.

– Artichaut (Cynara scolynus L., famille des Asteraceae ou Composées)

Artichaut
Ses principes actifs sont contenus dans Ses feuilles et extraits, soit en pressant les feuilles pour obtenir un jus, soit en les desséchant. On trouve l’acide chlorogénique (> 0,6%) et la cynarine.

Les feuilles d’artichaut ont un effet cholérétique et amphocholérétique (régulateur de la sécrétion de bile et non pas seulement facilitateur) et cholagogue. On note aussi une fonction diurétique ainsi qu’un usage en cas de dyspepsie.

On attribue à l’artichaut une action hypocholestérolémiante mais elle reste très faible, trop faible pour traiter à lui seul une hypercholestérolémie.

Enfin, l’artichaut, et plus particulièrement le « fond » d’artichaut, est riche en polyphénol ; c’est donc un très bon anti-oxydant.

On peut le consommer cuisiné, mais aussi en gélules ou sous forme d’EPS (Extrait de Plantes Standardisé).
L’artichaut n’a pas réellement de toxicité, par contre, il est déconseillé en cas d’obstruction biliaires (calculs biliaires).

– Radis noir (Raphanus sativus L. var. niger (Mill.) Kerner, famille des Brassicaceae)

Radis noir

L’organe utilisé est la racine (dont la composition n’est que partiellement connue).

Le radis noir est surtout connu pour ses fonctions cholérétique et cholagogue. Il peut aussi être actif dans les affections bronchiques bénignes, en cas d’encombrement des voies respiratoires (50 ml à 100 ml/j de jus pressé frais).

On le consomme frais, à croquer ou en jus (extrait par centrifugeuse ou mieux encore, avec un extracteur de jus), mais aussi en gélules ou en EPS.

Il est contre-indiqué en cas de lithiase biliaire.

– Desmodium (Desmodium, nombreuses variétés, famille des Fabaceae)

On utilise les feuilles et les tiges de cette plante pour leur vertus détoxifiantes et surtout protectrices au niveau du foie.

Le desmodium est une des rares plantes pouvant être utilisée en cours de chimiothérapie pour protéger les cellules hépatiques de la toxicité des médicaments anti-cancéreux. Dans ce cadre, je conseille toujours une fenêtre thérapeutique d’environ 4 jours (on stoppe la consommation 2 jours avant la chimiothérapie et on reprend 2 jours après) par mesure de précaution et pour ne pas interférer avec le traitement. Vous pouvez en discuter avec votre médecin mais l’usage du desmodium est de plus en plus toléré par les oncologues.

Le desmodium possède aussi des propriétés anti-histaminique. Il est donc parfaitement approprié de l’utiliser pour « nettoyer » le foie de personnes sujettes aux allergies, au printemps par exemple.

On peut le consommer en tisane, sous forme liquide en EPS ou encore en gélules ou comprimés

Outre quelques troubles digestifs possibles, on ne lui connaît pas d’effets indésirables ni de contre indication.

– Chardon-Marie (Silybum marianum L., famille des Asteraceae ou Composées)

Chardon marie

La molécule active, contenue dans les fruits (akènes) est la sylimarine. C’est elle qui est responsable des propriétés de détoxification et de protection du foie.

On la retrouve dans une spécialité médicale (Legalon®). Elle est utilisée dans les cas d’intoxication à l’alcool, et en Allemagne, des extraits standardisés à 70% de sylimarine sont utilisés en cas d’hépatite toxique ou de cirrhoses (à raison de 200 à 400mg/jour de sylimarine).

On le trouve sous forme de gélules ou d’EPS (forme liquide)

On ne lui connaît pas de toxicité et très peu d’effets indésirables. On peut noté un léger effet laxatifs et des rares allergies.

– Betterave (Beta vulgaris L., famille des Chenopodiaceae)

Betterave

On consomme et on utilise essentiellement la racine de la betterave.

Elle contient de la bétaïne, assez connue au travers de la spécialité pharmaceutique Citrate de Bétaïne®. Elle est donc intéressante en cas de troubles digestifs et agit comme protecteur hépatique mais aussi en modulant la sécrétion des acides biliaires. Elle contient aussi des bétalaïnes au rôle hépatoprotecteur, anti-oxydant et anti-inflammatoire.

Elle se consomme crue ou cuite, à manger ou en jus.

 

 

 

Il existe encore bien d’autres plantes ayant des fonctions intéressantes au niveau hépatique (protection, détoxification), on peut encore citer la fumeterre (Oddibil®), la bardane.

Certaines peuvent être utilisées sous forme d’huiles essentielles (Romarin à verbénone, Romarin à camphre, Citron,..) ; on s’en sert notamment dans les préparations buvables pour protéger les cellules hépatique de la toxicité d’autres huiles essentielles (HE à phénols)

Le foie est un organe qui se régénère le jour, il est donc plus intéressant de consommer les préparations détoxifiantes le matin et/ou le midi. Elles n’en seront que plus actives !

On conseille de « nettoyer » son foie aux changements de saison. En médecine chinoise, il est surtout conseillé de le faire au printemps, pour éliminer les graisses et les toxines accumulées dans l’hiver.

La période qui suit les fêtes de fin d’année reste néanmoins particulièrement indiquée après les excès de foie gras, de chocolat et d’alcool.

 

Alors n’hésitez pas à piocher dans ma liste pour commencer l’année sur de bonnes bases :

Un esprit sain dans un corps sain !

 

Et vous pouvez partager vos idées et vos recettes via le formulaire de commentaire ci-dessous ou vous inscrire pour être avertis de nouveaux commentaires ou de l’arrivée des prochains articles.


Partager cet article :
  • 2
    Partages

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci pour ton article bien documenté. Ces plantes sont d’une grande utilité lors de la stagnation du “qi” du foie, elles permettent de remettre le mouvement énergétique de cet organe et cela d’une manière naturelle. La colère lèse le foie ainsi qu’un stress répété. Alors, tous à nos tisanes pour une vie plus détendue. Christophe, Praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise.

    1. Merci pour ces précisions Christophe !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez gratuitement "Débuter l'aromathérapie : 7 notions essentielles"

%d blogueurs aiment cette page :